La RSE en action : du storytelling au story-doing

Depuis des années, le storytelling est couramment utilisé par les entreprises pour raconter leur histoire, mais surtout, séduire et impliquer leurs clients, afin de les faire adhérer à la marque. Intégré à la stratégie marketing, il vient construire une histoire autour des promesses et des valeurs de l’entreprise.

Valoriser une démarche responsable via le storytelling

C’est donc tout naturellement que le storytelling est aussi utilisé pour mettre en avant la politique RSE au sein de l’entreprise. C’est un levier puissant qui vient mettre en scène les aspects positifs et la valeur ajoutée d’une telle démarche.

Mieux encore, si ces valeurs responsables font partie intégrante de l’ADN de l’entreprise, alors le storytelling est l’élément qui vient structurer le discours de marque et donner du sens aux actions de l’entreprise. C’est une stratégie gagnante qui permet d’impliquer davantage toutes les parties prenantes de l’entreprise.

Les limites du storytelling en RSE

Comme tout outil de communication, le storytelling doit être utilisé de façon cohérente et mesurée avec les actions l’entreprise. En effet, si l’entreprise souhaite mettre sa démarche RSE au cœur de son storytelling, elle doit le faire de manière vertueuse, parce que c’est aligné avec ses valeurs et ses engagements. Dans le cas contraire, cela pourrait être assimilé à du greenwashing, ce qui renverrait une image négative de l’entreprise et l’exposerait à la critique.

Par ailleurs, à l’ère des réseaux sociaux, où la parole du consommateur prend de plus en plus de place dans l’espace public et où l’on attend d’une entreprise qu’elle s’engage réellement, un bon storytelling n’est plus suffisant. Il est attendu de l’entreprise bien plus que des discours rodés sur le développement durable et la mise en place de chartes. Au-delà de ces belles histoires, que font-elles vraiment et quelles sont leurs actions ?

Après le storytelling, place à l’action ! 

« Un acte vaut mieux que 1000 discours », c’est le proverbe que l’entreprise se doit d’appliquer pour sa démarche RSE, et elle a tout intérêt à le faire.

Premièrement, cela va venir ancrer les promesses de l’entreprise sur le terrain. Au lieu de construire son identité sur des mots, qui peuvent parfois sembler vides de sens, elle va simplement montrer concrètement quelles sont ses valeurs et comment elle s’applique à les mettre en action au service de la communauté.

Ensuite, le passage à l’action est aussi un excellent moteur qui permet d’impliquer les parties prenantes dans la démarche RSE. Le story-doing donne l’occasion à ceux-ci de faire l’expérience de l’histoire qui est racontée et ainsi d’en prendre toute la mesure en la partageant eux-mêmes. Autrement dit, ils créent une nouvelle histoire dans l’histoire. Il ne s’agit plus seulement d’écouter une belle histoire, mais de la vivre, renforçant davantage le sentiment d’appartenance à l’entreprise à travers les émotions vécues.

Le story-doing a donc une influence plus puissante que le storytelling. Il vient apporter les preuves, par des actions tangibles, de l’intégrité et de l’implication de l’entreprise, dans une vraie démarche responsable.

Ces publications peuvent vous interesser aussi